24 – Les braconniers devenus gardiens

24 – Les braconniers devenus gardiens

Notre tour du Rwanda commence au Nord du pays, à quelques kilomètres des montagnes des Virunga (chaîne de volcans éteints que se partagent le Rwanda, l’Ouganda et la RDC). Les touristes affluent ici pour voir les fameux gorilles des montagnes. Grâce à des efforts de conservation et au travail de Dian Fossey, ils sont passés de « espèce en danger critique d’extinction » à « espèce menacée ».

Si le spectacle de ces animaux dans leur environnement naturel est sûrement extraordinaire, le ticket d’entrée à mille cinq-cent dollars par personne (pour une heure !) ne rentre pas vraiment dans notre budget ! Il y a deux ans, le gouvernement a doublé le prix et le nombre de places, mais la demande est toujours extrêmement forte. Si l’expérience vous tente, sachez qu’il est conseillé de réserver au moins deux mois à l’avance !

A la gare routière de Kigali, tous les bus sont identiques et bien alignés. Ils ont leur destination indiquée sur le pare-brise. A notre surprise, tout est bien organisé. On est loin du bazar (pour rester poli) habituel que nous trouvons dans les gares. Nous trouvons rapidement le nôtre : « Musanze ».

La gare routière de Kigali

On nous fait savoir que le bus partira à 14h30. « Haha, merci mais on connaît l’histoire ! On sait qu’il partira quand il sera plein ». Mais non, le bus part à l’heure ! La bonne surprise !

Il semble qu’ici les gens ne transportent pas toute leur vie et leurs animaux avec eux. Du coup, nous devons garder nos sacs sur nos genoux pour ne pas payer des sièges supplémentaires. Le trajet prend deux heures, c’est quand même plus pratique un petit pays. On pourrait y prendre goût.

À l’arrivée nous marchons jusqu’à la chambre que nous avons réservée (dans le bus, coincés entre nos sacs et les sièges) sur Airbnb. Un passant nous indique gentiment la direction. Le soleil est en train de se coucher, projetant une jolie lumière rose sur les maisons et les volcans au loin. On s’imaginerait tout à fait vivre ici.

Encore une fois, nous sommes impressionnés par la modernité des rues, des grandes maisons et des jardins. Cela ne ressemble à rien de ce que nous avons vu jusqu’à présent. Les gens marchent même sur des trottoirs ! Nous croisons des habitants qui se promènent dans la rue ou qui font leur jogging. Ils nous saluent et nous sourient quand nous passons à côté d’eux. La présence de soldats en armes à tous les coins de rues rassure, plutôt que d’inquiéter. Nous n’oublions pas que c’est ce gouvernement et son autorité assumée qui ont réussi à reconstruire le pays.

Un des occupants de la maison, Fred, nous indique un bon restaurant chinois dans le coin (ils sont vraiment partout en Afrique). Il fait avec nous le quart d’heure de marche qui nous en sépare. Mais, alors que nous pensions qu’il y allait aussi, il nous salue et nous dit qu’il doit rentrer dîner avec des amis. Il a fait le trajet juste pour nous, c’est super sympa ! Imaginez un parisien qui utiliserait trente minutes de son temps pour aider des touristes, haha.

Fred nous donne les numéros de deux de ses amis taxi-motos. Ils deviendront bientôt les nôtres aussi. Assis à l’arrière des motos, nous créons des liens en criant à travers nos casques les noms des plantes et cultures que nous croisons. Haricots, pommes de terre, bananes, maïs, patates douces ou pyrèthres (fleur utilisée pour fabriquer des pesticides) n’ont plus de secrets pour nous. Nous sommes devenus experts !

Au milieu d’un champs de pyrèthres

Nous n’avons pas vu les gorilles, mais nous avons vu les « Gardiens des gorilles » au village culturel de Iby’Iwacu. Là, des ex-braconniers ont appris à gagner leur vie en fabriquant et vendant de la bière de banane, en plantant des patates, en élevant des chèvres, en jardinant, en fabriquant des structures en bambou, en faisant de l’artisanat ou en distrayant les touristes (par exemple en leur montrant la vie dans le Rwanda traidtionnel). Ils ont maintenant assez pour s’acheter une maison ou envoyer leurs enfants à l’école. Ils ont aussi compris l’importance de préserver la nature pour faire venir les touristes. Au lieu de tuer les animaux qui viennent se servir dans leurs champs, ils appellent les gardes forestiers pour qu’ils viennent les chercher. Le gouvernement compense même les pertes de récolte. Les anciens braconniers sont devenus des amis de la nature !

Le village cultutrel Ib’Iwacu

On apprend sur la vie traditionnelle au Rwanda…

Nous sommes le Roi et la Reine du jour. Nous nous marrions, une nouvelle fois. Mais cette fois avec une cérémonie traditionnelle du Rwanda!

C’est notre mariage. Pour l’occasion, nous avons droit à un spectacle de danse Intore.

Une bonne visite au village Iby’Iwacu. Notez la chaise à porteurs d’Heather par terre.

One Reply to “24 – Les braconniers devenus gardiens”

  1. Pour voir les gorilles c’est un peu cher en effet!! 😮

    Super cérémonie de mariage!! 🙂 Vous êtes géniaux en tenue traditionnelle!!

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *